balades motos
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Historique : De la 851 à la Panigale, 25 ans de Superbikes Ducati

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fazer06
Admin
Admin
avatar

Masculin

MessageSujet: Historique : De la 851 à la Panigale, 25 ans de Superbikes Ducati   Mar 14 Fév 2012 - 21:59









Alors que notre envoyé très spécial est
en route pour le circuit d'Abu Dhabi, afin de rouler pour la première
fois sur la nouvelle Ducati 1199 Panigale, Moto-Station a décidé de vous
offrir un petit retour en arrière. En 25 ans de Superbike, Bologne a
produit certains de plus beaux fleurons du championnat WSBK : voilà qui
méritait bien une rétrospective.







Depuis toujours, l'histoire de Ducati est intimement liée à la
compétition. Depuis 1987, la marque italienne n'a cessé de faire avancer
sa vision du bicylindre sportif, avec de nombreux succès à la clé en
Superbike mondial et parfois quelques déconvenues commerciales. Voici un
petit historique des superbikes italienne qui, depuis bientôt 25 ans,
sèment la terreur sur le championnat WSBK.







Ducati 851 : La pionnière


En 1987, Ducati débarque avec
la 851, une moto extrêmement racée pour l'époque, utilisant de nouveaux
composants et surtout un moteur à quatre soupapes plutôt innovant avec
un refroidissement liquide
et une injection électronique développés par l'ingénieur Massimo Bordi.
Marco Lucchinelli remportera la course dite "bataille des twins" à
Daytona, devant une concurrence médusée. Ducati misera alors sur les
innovations de la 851 pour poursuivre le développement de la génération
suivante.

Données constructeur (moto de route) : 104 ch à 9 250 tr/min, 188 kg à sec

Données constructeur (moto de course) : 128 ch à 11 500 tr/min, 148 kg à sec






Ducati 888 : Les premières consécrations



La 888 "de route" succéde à la 851 en 1991. Il s'agit d'une grosse
évolution initiée par les frères Castiglioni alors à la tête de l'empire
Ducati. Doug Polen, devient une icône du Superbike mondial en raflant
17 victoires en course et en remportant le second titre de Bologne
devant le Français Raymond Roche, lui même auteuir de quatre victoires
en 1991. La moto a progressé sur tous les points, grâce au travail sur
les composants interne avec de meilleurs alliages et aussi sur les
parties externes de la moto (frein, habillage, recherche aérodynamique).
Les versions SP sont également déclinées au fil des ans, garnies de
carbone et autres pièces moteur haute performance.

Données constructeur (moto de route) : 109 ch à 9 000 tr/min, 188 kg à sec.

Données constructeur (moto de course) : 134 ch à 12 000 tr/min, 145 kg à sec.







Ducati 916 : L'inimythable


En novembre 1993, Ducati présente la 916...
laquelle restera gravée dans les tablettes à jamais rien que pour son
style magique, dû au coup de crayon de Massimo Tamburini. Cette moto,
pensée comme une pure moto de course, allie un gabarit de moyenne
cylindrée - pas très loin d'une 250 cde Grand Prix de l'époque - à des
solutions novatrices comme le monobras,
les pots sous la selle ou un cadre treillis en acier entièrement revu.
Le moteur, lui aussi, a reçu de nombreuses améliorations avec pour seul
but de faire une base idéale pour le championnat SBK. L'arrivée de la
916 marque aussi le début de l'ère Fogarty, qui remportera deux titres
consécutifs en 1994 et 1995, Troy Corser prenant le relai en 1996. La
dernière 916 SPS, apparue en 1997, préfigure déjà le changement avec la
greffe du moteur de 996 cm3.

Données constructeur (moto de route) : 109 ch à 9 000 tr/min, 192 kg à sec

Données constructeur (moto de course) : 133 ch à 11 500 tr/min, 155 kg à sec






Ducati 996/998 : Le second souffle


Grâce à l'aura, la beauté et
de les victoires en course de la 916, Ducati surfe sur le succès, mais
commence à chercher à améliorer à tous prix la qualité de ses produits
alors que sort la 996 sort en 1998. La marque se doit de réagir sur les
points tels que la fiabilité dans le cadre d'un usage routier et
répondre à l'après vente. Elle utilise alors les fonds du Texas Pacific
Group pour revoir une partie de son outil de production. Dans le même
temps, Ducati continue à fabriquer des motos
cousues main pour ses champions et crée, en 1999, le département Ducati
Corse. Le roi Fogarty revient aux affaires après un bref passage chez
Honda et réalise le doublé en championnat du monde Superbike en 1998 et
1999. La couronne revient à Troy Bayliss en 2001.

Données constructeur (996 de route) : 112 ch à 8 500 tr/min, 198 kg à sec

Données constructeur (996 de course) : 144 ch à 12 000 tr/min, 157 kg à sec

Données constructeur (998 de route) : 123 ch à 9 750 tr/min, 198 kg à sec

Données constructeur (998 de course) : 152 ch à 12 000 tr/min, 157 kg à sec






Ducati 999 : La rupture


Dévoilée en 2003, la 999
marque une vraie rupture, avec la volonté de sortir Ducati d'un style
issu de la 916 qui s'est figé dans le temps. Les choix stylistiques et
techniques de Pierre Terblanche ne seront pas du goût de tous. Certains
crieront au sacrilège en découvrant le pot sous la selle de forme très
rectangulaire ou la disparition du monobras. En fait, la 999 est une
vraie moto d'ingénieur, refondant complètement la Superbike selon Ducati : position du moteur, ergonomie, rigidité, sensation du train avant. Son moteur à culasse
étroite (Testastretta) évoluera sans cesse en développant 124 chevaux
puis 140 en 2005. En course, elle devient une moto magnifique et
toujours très performante. Elle sera consacrée aux mains de Neil Hogdson
en 2003, James Toseland en 2004 devant l'infortuné Français Régis
Laconi, puis Troy Bayliss en 2006.

Données constructeur (moto de route) : 124 ch à 9 750 tr/min, 186 kg à sec

Données constructeur (moto de course) : 160 ch à 11 750 tr/min, 155 kg à sec






Ducati 1098/1198 : Retour en grâce



Avec la génération 1098/1198 lancée en 2007, Ducati revient à une ligne
plus pure, au monobras, aux deux pots sous la selle... et toujours plus
de technologie mécanique et d'électronique embarquée pour contenir une
cavalerie en nette hausse. Ainsi, elle progresse de 20 chevaux pour
atteindre 160 chevaux en version libre pour 173 kg à sec. La génération
1198, puis 1198 S portera cette génération à son apogée avec une
électronique (antipatinage, notamment, puis shifter) très au point. En
course, c'est encore Troy Bayliss qui fera briller la fusée rouge en
2008, puis le vétéran Carlos Checa en 2011. Lequel reprendra son guidon
une dernière fois pour 2012 avant l'arrivée de la nouvelle Panigale.

Données constructeur (1098 de route) : 160 ch. à 9 750 tr/min, 173 kg à sec

Données constructeur (1098 de course) : NC

Données constructeur (1198 de route) : 170 ch. à 9 750 tr/min, 169 kg à sec

Données constructeur (1198 de course) : NC







Ducati 1199 Panigale : Le futur de Bologne


Rompant avec la plupart des codes de la marque, la Ducati 1199 Panigale s'annonce
comme la future terreur du Superbike mondial. Avec ses 195 ch. à 10 750
tr/min pour 164 kg à sec, sa distribution mixte par chaîne et cascade
de pignons, son cadre coque et son package électronique complet, elle a
tout - sur le papier - pour devenir le prochain épouvantail de la
catégorie. Mais pour cela, il lui faudra passer une année de validation
en Superstock mondial.


Données constructeur (moto de route) : 195 ch. à 10 750 tr/min, 164 kg à sec

Données constructeur (moto de course) : NC


Revenir en haut Aller en bas
 
Historique : De la 851 à la Panigale, 25 ans de Superbikes Ducati
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Motards06 :: QUI BAFOUILLE QUOI !!!!!!!! :: Tout sur le SUPERBIKE-
Sauter vers: