balades motos
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Jeremy Burgess : "L'important n'est pas le nombre de titres que vous avez gagnés, mais comment remporter le prochain !"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fazer06
Admin
Admin
avatar

Masculin

MessageSujet: Jeremy Burgess : "L'important n'est pas le nombre de titres que vous avez gagnés, mais comment remporter le prochain !"   Mer 20 Nov 2013 - 17:21

2ème acte de notre entrevue en compagnie de Jeremy Burgess, l'homme qu'il faut désormais qualifier "d'ancien" chef-mécanicien de Valentino Rossi. Après avoir évoqué avec nous sa vision de cette séparation et du regard qu'il porte sur le nonuple champion du monde (voir ici) , l'Australien nous parle de lui. Reviendra-t-il ? Avec qui aimerait-il travailler ? Jeremy Burgess parle de sport autant que de la vie en général...
 
GP-Inside :  Vous avez réfléchi à ce que vous allez faire dans les prochains mois, ou les prochaines années ?
Jeremy Burgess : "Pour les prochains mois, c'est assez simple car c'est à peu près la même chose pour tous ceux qui travaillent dans le paddock. Une fois que les essais seront terminés, tout le monde rentrera chez soi jusqu'aux essais de Sepang".
GP-Inside : Mon idée était de savoir si vous aviez envie de continuer dans vos fonctions en Grand Prix avec un autre pilote...
Jeremy Burgess : "Pour le moment pas vraiment. Avant de m'engager avec un jeune pilote, je m'assure toujours que nous pourrons travailler sur le long terme, au minimum 4 ou 5 ans".
GP-Inside : Y-a-t-il un pilote, dans l'une des 3 catégories, avec qui vous aimeriez travailler ?
Jeremy Burgess : "Tout d'abord je ne voudrais pas le faire aux dépens de ceux qui travaillent avec ces pilotes en ce moment. Je suis vraiment fan de Jack Miller, il a un potentiel fantastique. J'ai échangé tout au plus quelques mots avec lui depuis qu'il roule en Grand Prix. Cette saison, il suffisait de regarder nos écrans pour voir que sa moto était moins rapide que celles de ses adversaires et il n'a jamais cessé de se battre. L'an prochain il roulera sur une bonne machine et je pense qu'il constitue la relève australienne en GP".
GP-Inside : Donc on pourrait tout aussi bien imaginer qu'il fasse son chemin en Moto3, puis Moto2 et lorsqu'il arrivera en MotoGP dans quelques années, qu'il travaille avec vous ?
Jeremy Burgess : "Pas du tout parce que dans le meilleur des cas, lorsqu'il arrivera en MotoGP, j'aurai 65 ans et il sera trop tard pour m'engager dans un tel projet. Je regarde ce qu'il fait avec beaucoup d'intérêt car du point de vue australien, on a besoin de trouver un successeur en Grand Prix à Casey Stoner, de la même manière que Casey a succédé à Mick Doohan. On a besoin de garder l'intérêt des Australiens pour les GP, pour être certain que le public continuera à venir à Phillip Island".
GP-Inside : Vous voyez en Jack Miller un potentiel Casey Stoner ?
Jeremy Burgess : "Oui ! Il a fait ses armes, comme la plupart des jeunes australiens, en Europe. On a clairement vu cette saison que sa moto était moins performante qu'une KTM. Il a une très bonne vitesse de passage en courbe et dans les petites catégories, c'est la clé de la réussite".
GP-Inside : Vous avez fait le calcul du nombre de titres que vous avez gagnés ?
Jeremy Burgess : "14 ! Mais l'important n'est pas combien vous en avez gagné mais comment faire pour remporter le prochain. C'est tout ce qui compte au final. Avoir remporté tant de titres avec tant de pilotes différents, avoir travaillé avec tant de grands hommes, c'est ce qui compte. Durant les 100 prochaines années, on ne pourra pas parler des Grand Prix moto sans évoquer le nom de Valentino Rossi, de la même manière qu'on évoque celui de Giacomo Agostini. Ensuite on pourra toujours argumenter sur l'importance qu'a eu tel ou tel autre pilote, mais eux, sont incontestables. Durant les 30 dernières années, j'ai travaillé avec Gardner qui a été le premier Australien à s'imposer, ensuite avec Doohan qui a remporté 5 titres, Valentino, Freddie Spencer, Randy Mamola. J'ai aussi gagné le TT sur l'île de Man avec Mike Grant sur une 500, je crois que c'est suffisant. Il faut rappeler que j'avais commencé par courir moi-même avant tout cela !!! Quand j'ai appelé ma femme pour lui annoncer la décision de Valentino, elle m'a dit "Personne ne peut effacer l'Histoire". Elle a raison je crois. La vie d'un homme est faite de changements, vous décidez de certains d'entre eux, et vous devez vous adapter à ceux que vous n'avez pas choisis. Je reviendrai probablement voir des Grand Prix dans le futur, j'ignore à quelle fréquence, mais j'ai déjà prévu de venir l'an prochain à Indianapolis. J'ai de nombreux amis là-bas alors si je peux joindre l'utile à l'agréable, ce sera une belle occasion"
GP-Inside : Est-ce qu'on ne peut pas imaginer le retour de Casey Stoner, avec vous à ses côtés ?
Jeremy Burgess : "Non, d'ici 2 ans, j'aurai perdu le fil avec les courses mais cela étant, on ne peut jamais savoir ce que vous réserve le futur. Certaines personnes disent que quand une porte se ferme, une autre s'ouvre. Mon père préférait dire "Quand une porte se ferme, une autre te claque à la figure !" (rires)... Sérieusement, j'aime éperdument ce petit monde que constituent les Grand Prix, mais je ne crois pas que cela serait constructif pour moi de rester ici".
 Dans la 3ème partie de notre interview, Jeremy Burgess nous livre ses observations sur l'évolution des règlements. A suivre...
 Stay tuned !
Revenir en haut Aller en bas
 
Jeremy Burgess : "L'important n'est pas le nombre de titres que vous avez gagnés, mais comment remporter le prochain !"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Motards06 :: QUI BAFOUILLE QUOI !!!!!!!! :: Tout sur le GP-
Sauter vers: